L’acceptation, un concept qui m’a demandé beaucoup de temps avant de l’assimiler

On nous dit souvent d’accepter ce qui est. Pour moi, c’était un concept totalement poreux. Cela voulait dire être passif et n’avoir aucune possibilité d’agir ou de réagir. 

Au fur et à mesure de recherches et de rencontres, j’ai mieux compris ce qu’est réellement l’acceptation et surtout son pouvoir.

Accepter n’a rien à voir avec la passivité ou l’effacement de soi, bien au contraire, c’est une force incroyable qui amène à l’action, à l’affirmation et à la sérénité.

En faite, accepter c’est uniquement se dire, voilà la situation réelle, et voilà comment je me sens. 

Accueillir les ressentis positifs comme négatifs, cela va permettre de se recentrer sur soi. 

En contemplant ce qui nous traverse, alors on peut se demander:

  • Si la situation est en adéquation avec soi ou non? 
  • Quels sont les éléments qui nous conviennent, et ceux qui ne nous conviennent pas? 
  • Quelles pensées en ressortent?
  • Quelles sont les émotions ressenties?
  • Qu’est ce que j’aimerais ressentir, penser, être? 
  • Est ce que je voudrais le partager? Et avec qui?
  • Comment pourrais-je accéder à une situation en harmonie avec moi?

Finalement ce cheminement est loin d’être inactif et, amène à poser des intentions pour accéder à une sérénité et à s’épanouir un peu plus. 

Cela veut aussi dire accepter que les personnes autour de nous font du mieux qu’elles peuvent avec les moyens qu’elles ont à ce moment-là. Si cela ne nous convient pas, alors s’éloigner de ces situations, de ces personnes est nécessaire pour soi et, se rapprocher de celles qui nous conviennent. 

C’est vraiment un chemin qui a été difficile à intégrer puisque cela demande aussi de lâcher-prise sur le contrôle que je pouvais avoir. 

Avant je contrôlais tout pour que rien ne dépasse, je ne m’autorisais pas à accepter, ni même à ressentir quoique ce soit, en positif comme en négatif. C’était comme si cette maitrise allait m’amener au bonheur souhaité. C’était la peur qui menait ma vie. Cette croyance qu’en acceptant, je montrerais mes faiblesses et je serais blessée ou rejetée. Ce qui est totalement obsolète, puisque c’est bien l’inverse. C’est en cachant mes émotions que je suis apparue comme insensible, froide, dure. Personne ne reste près de ce type de personne indéfiniment. 

J’ai accumulé toutes ces émotions avec le temps, elles ont fini par ressortir après des années. La souffrance de les garder dans le contrôle a été bien plus douloureuse que de les accepter pour pouvoir avancer.  Accepter d’avoir mal, c’est difficile mais le refouler est bien plus atroce. Pire encore, il empêche d’avancer car on se dit que ça va aller, on avance dans le même cheminement qui ne nous convient pas, on « serre les dents », et, reste dans un espoir de bonheur qui n’arrivera pas. On ne posera pas les actions, les intentions pour y accéder alors on restera dans cet univers à lutter, à se torturer sans que rien ne change. 

C’est un choix qui demande de l’indulgence envers soi lorsque l’on prend conscience de tout ça. Ce parcours m’a libéré et permis d’aller un peu plus chaque jour vers ce que je veux.

Accepter ce qui est, pour se diriger vers ce que l’on désire. C’est devenu primordiale à ma vie et à mon bonheur. Aujourd’hui, je pose des actions plus en adéquation avec moi. Et si on le faisait tous…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s