Le jour où je me suis acceptée

Je me suis longtemps détestée. Ce corps que je trouvais gras, sans intérêt, avec des formes qui ne me convenaient pas…

Aujourd’hui, j’ai appris à aimer mon corps. Je n’aurais pas le corps des mannequins mais je n’en ai pas envie non plus. Passer son temps avec un régime drastique, ce n’est pas pour moi. 

Apprendre à s’aimer soi, passe aussi par apprendre à aimer son corps. Je ne dis pas que j’adore tout. J’ai appris l’acceptation, à relativiser et à apprécier. 

Aimer son corps c’est comme aimer une personne. On l’aime telle qu’elle est, avec ses qualités et ses défauts (même si ça peut nous agacer!). On pardonne les erreurs. On accepte les changements. Avec son corps, c’est pareil.

Auparavent, à la moindre cuillère de trop, je me méprisais avec des paroles internes violentes. Je partais dans des essais de réductions drastiques pour les repas suivants. Le tout, pour finir par avoir des compulsions. Et le cercle vicieux est bien là. Nous sommes beaucoup à en souffrir malheureusement, à se culpabiliser de tout.

Aujourd’hui, j’ai appris certes à avoir une alimentation assez équilibrée mais j’ai le péché de gourmandise qui est bien présent. J’avoue que j’aime manger avec plaisir. -;)

Avoir cette alimentation me permet de moins tomber dans les fringales, puisque je suis moins fatiguée. Pour moi, au premier signe de fatigue, mon réflexe est de manger, tout comme dès que je réussis quelque chose. Lorsqu’on repère ces moments de faiblesse, alors on peut les appréhender sous d’autres formes. Certains jours, je craque encore mais, je change mon discours interne. Je ne suis plus dans l’auto flagellation, mais dans la constatation. Il s’est passé tel événement, telle sensation, alors voilà la réaction et la répercussion? C’est là que le bas blesse souvent. On se dit qu’au moindre écart, on va grossir, reprendre des centimètres… Alors que soyons clair, c’est le cumul des écarts qui provoquent les problématiques. Alors respirons tranquillement et remettons notre esprit en place. 

Par la suite, j’ai appris à trouver des zones de mon corps que j’aimais. La première fois, ça a été une épreuve. Bien sûr, il faut être sincère. Au début, c’était, j’ai une belle couleur d’yeux, des lèvres charnues comme il faut, ma petite tâche café cachée… Cet exercice de trouver chaque jour un nouveau petit truc qu’on aime a été révélateur. 

Ensuite, ça a été voir les zones que je n’aimais pas et, réfléchir à ce que je pouvais faire pour les aimer un peu plus ou leur donner ce qu’il était nécessaire pour qu’elles se modifient un peu plus comme je le voudrais. Dans mon cas, c’est mon ventre, et j’ai encore un travail à continuer… La première chose, prendre quelques secondes pour lui mettre de la crème tous les jours. Car oui, le fait d’hydrater son corps est bénéfique pour votre peau mais c’est aussi un acte qui peut vous aider à l’appréhender différemment et à l’aimer un peu plus. Et prenez une crème qui pénètre vite, à une odeur agréable, ça aide aussi beaucoup!

Les clés que j’ai donc pu expérimenter:

  • Prendre le temps de se connaitre avec ses fores et ses faiblesses, en fonction des situations.
  • Etre pragmatique sur notre physiologie, soyez sincère avec vous.
  • Apprendre à connaitre son corps.

En ce moment, je tente l’alimentation pleine conscience et à venir, l’alimentation cétogène, je vous tiendrai au courant!

Prenez soin de vous dans votre globalité, vous êtes unique et c’est ce qui fait votre beauté.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s